Vers une action de collectage à vocation pédagogique : appel aux volontaires

Un nouveau projet pour le Centre Culturel Breton de Lannion

Pour accéder au formulaire complet, cliquer ICI.

Il est logique qu’un centre culturel comme le CCB de Lannion s’interroge régulièrement sur ses activités et cherche à en faire plus dans le cadre de ses missions.

A l’occasion de la mise en place des Temps d’Activités Périscolaires, nous avons eu à réfléchir à l’élaboration de propositions orientées vers la culture bretonne. C’est ainsi qu’est né un « projet de collectage à vocation pédagogique », qui s’adresse à qui désire œuvrer pour la culture bretonne dans des domaines nouveaux ou insuffisamment traités.

De quoi s’agit-il exactement ?

Il s’agit de mobiliser des volontaires sur des actions originales en faveur de la culture bretonne en faisant appel à toutes les personnes ayant des convictions personnelles qui les poussent à agir en faveur de ces actions, et les motiver suffisamment sur l’intérêt de la démarche pour les inciter à donner de leur temps soit en organisation soit en réalisation et mise à disposition de matériel pédagogique, soit en intervention auprès de publics cibles (scolaires ou non).

Les domaines privilégiés, sur lesquels nous estimons que nous pouvons faire plus et mieux aujourd’hui :

Langue bretonne, langue vivante.

Actions en faveur de la langue bretonne. Outre les cours qui sont déjà dispensés par le CCB, nous essayons de faciliter les échanges entre les bretonnants de naissance qui connaissent le breton oral mais bien souvent ne savent ni le lire ni l’écrire, et les jeunes bretonnants ou les nouveaux bretonnants adultes, qui viennent au breton par l’écrit et la lecture (diwan, divyezh, cours du soir du CCB…), mais qui n’ont pas l’oreille habituée à la richesse sonore de la langue bretonne et ont du mal à restituer ces accents si riches.
Pour nous, il s’agit de tenter de réduire la distance entre ces deux populations, en essayant de faciliter les occasions d’entre aide mutuelle :

 

– par la lecture : donner le goût de la lecture, inciter à la lecture en breton, à la fois pour les jeunes apprenants, mais aussi en direction des bretonnants de naissance.
Par exemple et concrètement :

1) des personnes du KSL-CCB interviendront à Saint Roch après les vacances de février pour faire la lecture en breton aux élèves des classes élémentaires.

2) des jeunes bretonnants pourraient « faire la lecture » en breton aux « anciens » et donner ainsi à ces derniers l’envie de lire le breton.

 

– par la compréhension du sens des noms de lieux en breton présents tout autour de nous. La Bretagne, et en particulier le Trégor, recèle des trésors en matière de toponymie, et nous sommes tous désireux de comprendre des noms comme « lann », « gwazh », « koad » … qui font partie de nos paysages familiers. Concrètement, le CCB montera un « Atelier de Toponymie » au 1er semestre, offrant la possibilité aux participants de se faire expliquer « leurs » noms de lieux.

– par l’animation d’activités -manuelles ou non- en utilisant le breton comme langue support.
Concrètement : un atelier autour des « TIC » (technologies de l’information et de la communication), en breton.

Culturebretonne, culture vivante.

En fonction des possibilités et de la disponibilité des spécialistes, nous mettrons sur pied un certain nombre d’actions d‘initiation à la culture bretonne et à ses spécificités : histoire, langue, chants et danses, traditions…
Nous voulons également faciliter la transmission du savoir entre les générations : collecter le savoir-faire et les connaissances des aînés dans des domaines tels que : vieux métiers, techniques anciennes.

 Appel à volontariat.

Dans ce cadre, le CCB lance un appel à compétence sur des sujets relatifs à ce qui vient d’être décrit : langue bretonne lue, écrite et parlée, traditions et culture ( jeux bretons, histoire de la Bretagne, noms de lieux en breton, des activités réalisées en breton, comme l’art floral, le tricot, la broderie, le bricolage, les technologies de l’information,…). La liste n’est pas exhaustive.

Toute personne intéressée par ce projet est vivement priée de nous contacter.

Un premier groupe de travail : Jacki Pilon, Béatrice Vivier, Pierre Lavanant, Nathalie Saint-Pé et Aël (9 ans)